Made in Calinou !!!

Pour mettre en ligne vos manuscrits

Moderator: Modérateurs

Postby degen_aramis » Sat Mar 26, 2011 8:15 pm

joelle wrote:J'aime beaucoup la réflexion que se fait Aramis sur l'amitié qu'elle a avec ses amis! Vils flagorneurs, allez au diable! :p


Seconded!!!! Une vrai et profonde amitié, au-delà de toutes les ragots et intrigues... et avec un remplaçant bien comme elle - Denis!!

MOi, j'adore tout cet "conspiration est en l'air" quetu mantiens en cette fic - pas du tout ennuyante, et pas du tout "prévisible", et encore moins "répéttive"...

Et moi aussi, comme fan inveteré d'Aramis, ma homonyme, j'adore toute cette pasage au final, que si bien nous montres "notre" fier Aramis, la soldate, la mousquetaire (et maintenant aussi l'espionne... :lol: ):

"Seins bandés, cheveux serrés sous un chapeau qui lui couvrait tout le visage, elle retrouva avec joie le confort d’un pantalon et d’une paire de botte pour participer à la fouille des chambres concernées… La Capitaine avait bien tenté de la dissuader d’une telle imprudence, mais elle avait soutenu que la fouille irait bien plus vite s’ils étaient cinq, et par ailleurs, la simple idée de danser lui donnait la nausée ! De plus, une équipée en pantalon mettrait un peu de piment dans son quotidien devenu bien traditionnel et c’était de loin la meilleure des raisons pour participer à l’expédition dans les corridors du Louvre."

Alors, ce que me reste a dire est LA SUITE, LA SUITE!!!! Trouveront ils des pistes cette fois??? Les indices du poison??? Indices d'un complot en cours??? Un piége inttendue?? :?: :?:
User avatar
degen_aramis
 
Posts: 978
Joined: Tue Aug 03, 2010 7:28 pm
Location: portugal

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 8:39 pm

Coucou à tous,
Ici Calinou qui écrit depuis le compte de Sarasa qui m'a très gentiment prêté ses identifiants, vu que j'ai perdu mon mot de passe. (Je lance d'ailleurs un SOS aux modératrices, si elles peuvent faire quelque chose pour moi !!!)
Voilà, après une longue absence, et beaucoup de choses qui ont bougé dans ma vie avec un nouveau boulot, j'ai enfin pris le temps de terminer ma fiction commencée il y a bien trop longtemps. Du coup je vous livre les derniers chapitres de mon histoire.
Merci à tous ceux qui m'auront suivi malgré mes longues absences.

Et Merci Sarasa de me permettre de partager la fin de mon histoire !!! :D
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 8:50 pm

62 - L’intrigante

Une nuit d’encre avait rampé sur la ville et dans les salons du Louvre, la fête battait son plein. Entre buffet champêtres et piste de danse, les belles – ravies de l’absence de la trop remarquable Comtesse de la Fère - se pavanaient dans leur robe neuve sous les yeux brillants des nobles réunis. Un arc-en-ciel de soies colorées s’entremêlait sur des airs de musiques vifs et joyeux.
Dans l’agitation, nul ne remarquât les ombres furtives qui avaient traversé les jardins endormis. Les cinq compagnons se glissèrent sans bruits dans un passage qui menait vers les appartements des courtisans, dans une aile à l’opposé de celle où le Roi et la Reine demeuraient.
Aramis guida ses compagnons jusqu’aux appartements de long séjours des dames de cours qu’elle avait pris soin de repérer auparavant, et chacun se chargea d’une chambre. Aramis s’était réservé la chambre de Mademoiselle de Valois-Arthaud. Cette célibataire endurcie, mais encore jeune, lui semblait la plus susceptible de manigances pour s’accaparer le Roi.
Elle pénétra doucement dans la pièce que baignait la lueur diffuse d’un unique chandelier. De chauds tons jaune poussin dominaient, des murs à l’édredon, mais dans l’ensemble la pièce était très dépouillée. La jeune Mousquetaire fit lentement le tour des murs en tâtonnant vainement à la recherche d’un passage ou d’une cache secrète. Elle fouilla sans plus de succès dans les tiroirs de la commode et entre les robes et les jupons alignés dans les différents placards. Commençant à se sentir passablement agacée, elle entreprit de faire un inventaire des flacons qui étaient éparpillés sur la tablette de toilette, mais elle ne trouva rien en dehors d’onguents et de poudres pour se farder, mais elle s'interrompit brusquement en entendant un bruit de pas se rapprochant dans le couloir. Prudemment, elle se glissa derrière une tenture qui habillait le mur, au moment précis où la porte s’ouvrait pour livrer le passage à deux silhouettes dans un bruissement de satin. Aramis retint son souffle en écoutant ces deux femmes qui se disputaient :
- J’en ai assez de ces histoires, n’espère même pas que je continue à me taire si une autre jeune fille venait à disparaître…
- Tu n’as rien à voir là-dedans, ce sont mes affaires, cesse de t’en mêler.
- Et jusqu’où continueras-tu ainsi ?
- Aussi loin qu’il le faudra… et cesse de m’ennuyer, cela t’arrange bien, toi aussi, de conserver les faveurs de Louis, parce que je me débarrasse de ces jeunes pintades qui s’imaginent nous supplanter dès leur arrivée dans le beau monde…
- Tu es démoniaque…
Aramis s’efforçait désespérément de voir le visage de la « démoniaque » en question. Si Mélissende de Valois-Arthaud lui faisait face, son interlocutrice restait résolument de dos. La jeune femme cherchait une solution pour l’apercevoir, quand celle-ci finit par s’approcher de la coiffeuse afin de vérifier la mise de sa coiffure et elle entrevit ses traits : Madame la Marquise Adélaïde de Hautefort.
- Cela suffit, je ne vais pas perdre plus de temps de fête avec toi. De toute façon, tu n’es pas supposée savoir quoi que ce soit, donc oublie ce que tu sais de moi et je saurais m’en souvenir le jour où je serai reine.
- Comme tu vas vite en besogne, protesta la Valois-Arthaud, quand bien même tu pousserais tes vilenies au point de nous débarrasser de Anne, rien ne te permet d’affirmer que ce serait toi que Louis choisirait…
- Forcément, si tu m’empêches d’être auprès de lui dans les bons moments ; il doit me chercher de partout à l’heure qu’il est. Il suffit, retournons au bal à présent !
La porte se referma sur les deux femmes, laissant une Aramis glacée d’indignation et de fureur, cachée derrière son rideau. Et dire qu’elle avait délaissé la piste de Madame de Hautefort, la jugeant trop effacée de la vie de cour… il ne s’agissait que d’une façade habile. Elle patienta quelques minutes, afin que les viles intrigantes se soient bien éloignées, puis elle sortit à pas de loup et rejoignit le point de ralliement qu’elle et ces quatre compagnons s’étaient donné, pour éviter de traîner trop longuement dans les couloirs, à la recherche des uns et des autres.
Porthos attendait déjà, avec une mine dépitée de chasseur bredouille, et Denis arriva pratiquement en même temps qu’elle.
- Je me suis fourvoyée mes amis, aucune des cinq chambres visitées ce soir n’était la bonne, mais la soirée n'aura pas été vaine, je sais maintenant qui est la responsable de toute cette affaire, et j’ai même une complice qui se promène avec elle…
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 8:54 pm

63 - Le piège

Dès leur retour au quartier général des mousquetaires, Aramis raconta chaque détail de l’entrevue qu’elle avait surprise entre Mademoiselle de Valois-Arthaud et la perfide Marquise de Hautefort. Face à elle, cinq paires d’yeux la regardaient avec attention. Lorsqu’elle conclut son récit, elle ajouta :
- J’ai été stupide, je n’aurais pas dû écarter si facilement la piste de la Hautefort… nous aurions pu ainsi découvrir des preuves dans sa chambre… maintenant il faudra trouver d’autres preuves de sa félonie, ou attendre le prochain bal pour la confondre… et Dieu sait combien d’innocentes jeunes filles auront péri de sa main, si ce n’est pas la Reine Anne.
Le capitaine de Tréville fronçait les sourcils, très préoccupé. La menace envers la Reine Anne devenait trop importante. Toutefois, la Marquise quittait trop rarement ses appartements pour trouver une preuve tangible rapidement.
Brusquement, le visage de D’Artagnan s'éclaira. Il avait un plan :
- Il nous faut l'appâter, l'obliger à se découvrir... Puisque les principales victimes de cette femme diabolique sont des femmes auxquelles le Roi s’intéresse de trop près, il faudrait qu’Aramis joue de l’attrait évident qu’elle exerce sur Sa Majesté, attrait qu’elle a pris soin d’ignorer et même de repousser jusqu’à présent.
Athos fronça les sourcils, visiblement choqué :
- Êtes-vous en train d’insinuer qu’Aramis devrait s’arranger pour se retrouver dans le lit du Roi ?
- Bien sûr que non, Athos, je ne lui demande pas d’aller jusque-là, mais si elle apparaît comme une rivale potentielle, la Marquise de Hautefort tentera de s’en débarrasser et en la surveillant étroitement, nous pourrions la prendre sur le fait…
Aramis hocha doucement la tête :
- C’est une idée, il est vrai que le Roi n’a pas cessé de me témoigner des marques d’attention depuis mon arrivée à la cour…
Athos ne put cacher sa désapprobation, qui masquait mal sa jalousie.
- Et si nous échouons dans ce piège, tu seras empoisonnée par cette sorcière, as-tu perdu l’esprit ?
- Ce n'est pas une petite félonne de son espèce qui viendra à bout de moi après tout ce que j'ai traversé en tant que Mousquetaire...
Le jeune couple s'affrontait du regard.
- Je ne peux pas accepter que tu prennes un tel risque, ragea Athos, le regard sombre.
- Je le prendrais pourtant, décréta la jeune femme d'un ton sans réplique. Et je m'en remettrai totalement à vous tous... Un pour tous et tous pour un... Même si je ne porte plus de casaque, ces mots n'ont pas perdu leur sens pour moi. Je ferai ce qu'il faut pour que nous puissions démasquer cette perfide, et j'y parviendrai uniquement grâce à vous, à votre vigilance.
Athos connaissait trop bien sa femme pour savoir que rien ne la détournerait de son devoir. Qui d'autre aurait pu assurer un tel rôle ? S'il était bien obligé de reconnaître la qualité du plan, il aurait parfois préféré que cette fière amazone eut un peu moins de courage.
Tréville eut un geste de la main, coupant court à la discussion.
- Athos, quoique je ne sois pas plus enchanté que vous par cette idée, force est de reconnaître que nous n'avons pas de meilleur plan hélas. Attendre le prochain bal risque d'être long... Si la menace ne s'était pas porté sur Sa Majesté, peut-être aurais-je pris le risque de repousser les investigations, mais il n'est plus temps.
Athos se referma sur lui-même. Semblant se soumettre, il résolu de trouver un moyen d'avoir la preuve de la perfidie de la Hautefort avant qu'Aramis ne risque trop gros.
Lorsqu’ils eurent quitté le Capitaine, D'Artagnan se sentit obligé de s'excuser auprès de son aîné.
- Peut-être aurais-je dû ne pas formuler trop vite mon idée, il est vrai qu'Aramis va risquer gros.
- Si vous n'aviez pas eu l'idée, elle l'aurait sûrement eu, maugréa son compagnon. Vous savez aussi bien que moi qu'elle est un soldat dans l'âme, et se sacrifiera sans hésitation pour la couronne.
Aramis s'approcha d'eux.
- Allons, Je ne suis pas une enfant, encore moins une idiote. Je me méfierai de tout. Et puis peut-être trouveront nous des preuves avant qu'elle ne passe à l'action. Crois-tu que je manquerais une occasion de fouiller sa chambre si elle se présente ?
Leurs regards se croisèrent, et elle sut qu'il avait eu la même idée... Leurs esprits étaient trop semblables, trop liés pour ne pas parfaitement s'accorder.
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 8:58 pm

64 – Opération séduction

Pourquoi diantre s'était-elle engagée dans pareille stupidité ???
Aramis n'avait pas imaginé que, profondément éprise de son époux comme elle l'était, faire des avances à un autre homme serait si compliqué. Surtout que le-dit homme n'était rien de moins que le Roi de France.
Elle avait lancé l'offensive dès le lendemain du bal. S'excusant de ne pas y avoir été présente, elle demeura bien plus que la bienséance ne l'exigeait auprès de son souverain, allant jusqu’à accepter de participer à la promenade du Roi dans les jardins du Louvre, ce qu'elle avait toujours refusé jusqu’alors. Cette sortie était réservée à de rares élues, qui ne masquaient qu'à demi leur désir pour le monarque. Entourée de ces perruches frétillantes, Aramis ne s'était pas sentie à sa place. Et les regards que dardaient sur elle les « habituées » ne la rassuraient guère, bien que sa cible ne fut pas présente ce jour-là. Qu'importe, les ragots feraient leur travail...
Louis la couvrait d'un regard bienveillant... et satisfait ! À grand peine, elle lui offrit le plus lascif des regards, en s'accrochant à l'image d'Athos pour réussir à donner le change. Le sourire qu'il lui rendit lui sembla des plus équivoques, et elle eut toutes les peines du monde à garder sa contenance...
Au retour de la promenade, elle s'isola un bref instant. Arriverait-elle à poursuivre cette comédie ? Elle se prit à espérer que la Marquise ne tarda pas trop à sortir de l'ombre. Sentant un frôlement tout proche, elle se retourna prête à la riposte. Athos sortit de l'ombre, son sourire dissimulant mal l'éclat de jalousie qui brillait dans ses prunelles.
- Le bonjour Madame la Comtesse.
Et il passa son chemin.
Elle soupira, le suivi du regard, sachant qu'il ne l'avait sans doute pas quitté des yeux un seul instant. Ses amis veillaient sur elle, elle devait être à la hauteur pour leur faire honneur.
Dans les jours qui suivirent, elle resta plus longtemps au Louvre, participant à chaque événement, chaque promenade, chaque partie de cartes où le Roi se tenait. Elle eut vent assez rapidement par ses compagnons que non seulement son habileté aux cartes avait été remarquée et amplement commentée, mais surtout qu'elle commençait à passer pour une coquette ayant bien caché son jeu jusque-là.
La Marquise de Hautefort commença a faire quelques apparitions aux promenades – trop brèves hélas pour fouiller sa chambre- mais ne s'approcha pas de celle qui passait déjà pour une rivale à ne pas négliger. Lorsqu'elle n'en était pas, Athos et ses compagnons gardaient le regard rivé aux fenêtres de ses appartements... Derrière les lourds rideaux, une silhouette indistincte observait Aramis qui badinait avec Louis. Celui-ci se délectait avec fort peu de discrétion du récent intérêt que semblait lui témoigner la splendide Comtesse blonde aux prunelles d'azur.
En une semaine, la Comtesse de la Fère avait troqué une réputation de grande vertu pour le statut de favorite potentielle...
Le Capitaine lui transmis son souhait de la voir en privé.
- Ma chère Aramis... pardon... Renée... vous avez fait merveille, comme à votre habitude. M'est avis que la Marquise de Hautefort est aux abois...
- Dans ce cas qu'attend-t-elle pour passer à l'action, Capitaine ? Je ne vous cache pas que cette comédie me pèse au plus haut point.
Le Capitaine réfléchit un instant, choisissant ses mots avec soin.
- Tant que vous ne dormez pas au Louvre, les passages secrets menant à votre chambre demeurent inutiles... Pour l'instant vous n'êtes qu'une menace... tangible soit... mais seulement une menace. Si vous passiez une nuit au palais, la menace deviendrait réalité dans l'esprit de ces belles dames, et ce quoi qu'il puisse se passer ou non dans vos appartements.
Aramis déglutit, rougissant jusqu'à la racine des cheveux, et hocha la tête.
- Fort bien... Dans deux jours, je passerai la nuit dans mes appartements au palais.
- Arrangez-vous pour que cela se sache.... Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan seront de garde au palais, je vais les informer immédiatement qu'ils se tiennent prêts.
- J'espère juste que le Roi ne débarquera pas avant la marquise dans ma chambre.
Le Capitaine ne put réprimer un petit rire à cette idée.
La jeune femme fit si bien que dès le lendemain, chaque recoin, chaque couloir du Louvre bruissait d'un nouveau ragot : la Comtesse de la Fère allait accorder ses charmes au Roi, à n'en point douter. Et les regards qui la suivaient dès lors étaient ceux de chasseurs à l'affût.
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:08 pm

65 – Nuit d'orage

Le soir où Aramis allait demeurer au Louvre arriva. De sombres nuages s'étaient amoncelés, ce qui était étrange pour ce début de printemps. Le tonnerre grondait sourdement.
Elle se retrouva dans la chambre, où Athos se dissimula. Porthos, Denis et D'Artagnan s'étaient répartis entre le couloir passant devant la porte de la Marquise, et les passages secrets attenants à ces deux chambres. Le Capitaine de son côté s'efforçait d'occuper suffisamment le Roi pour préserver la jeune femme d'une visite importune.
Par prudence, Aramis avait laissé de côté le repas qui lui avait été apporté dans ses appartements. Elle avait préféré s'abstenir d'accepter l'invitation du Roi à sa table où il aurait été plus périlleux de ne rien absorber. Elle s'était allongée seule dans le grand lit froid – songeant à regret à son époux pourtant tout proche, et s'efforça de faire semblant de dormir.
La nuit était tombée depuis un long moment, et les couloirs du palais avaient été désertés. Porthos entendit un léger cliquetis dans le couloir où il s'était dissimulé. Le frôlement de pieds sur le tapis. Tout juste parvint-il a entrevoir deux ombres dans la lueur d'un éclair. Il suivit à distance Adelaide de Hautefort et son serviteur - une brute au gabarit impressionnant répondant au nom de Georges -, attendant le bon moment pour intervenir.
Arrivée à la hauteur de la chambre de la Comtesse de la Fère, la Marquise marqua un temps, écoutant avec attention à travers la porte, puis, aucun son ne filtrant à travers la cloison de bois, elle tenta d'ouvrir sans bruit. Le panneau n'offrit aucune résistance, cette idiote n'avait même pas fermé sa porte, c'était vraiment trop facile. Le colosse la suivit, et referma la porte derrière eux, à clé cette fois.
Porthos entendit le claquement de la serrure, étouffa un juron et parti en courant en direction d'un passage menant à la chambre de son amie.
La marquise avança seule dans la chambre de la Comtesse, tandis que Georges restait dans l'ombre de l'antichambre, prêt à intervenir au cas où la situation l'imposerait. La jolie blonde dormait profondément... La faible lueur intermittente provenant de l'orage n’empêchait pas de constater la beauté immense, la délicatesse et la noblesse des traits de cette Comtesse.
- Espèce de garce, siffla la Marquise. Je vais te remettre à ta place.
Résolument, elle s'approcha du broc d'eau fraîche sur le chevet, et y déversa le contenu d'une fiole. Puis elle s'approcha de la table de toilette, et versa un sachet dans le poudrier.
Athos serra les poings... Il en avait bien assez vu pour intervenir, et qui pouvait deviner ce que ce démon avait encore dans ses poches. Sortant de l'ombre, l'épée brandie, il interpella l'intrigante :
- Halte là Madame, je vous prie de me suivre immédiatement et sans résistance. Vous allez rendre compte des mixtures versées dans les affaires de la Comtesse.
La marquise se retourna mais ne semblait nullement effrayée. Cet idiot de mousquetaire pensait-il pouvoir tenir tête seul face à Georges... et d'ailleurs que faisait cet homme ici ? La comtesse était-elle donc une de ces perruches qui s'abandonnait au premier soldat venu ?
La foudre s'abattit de nouveau, toute proche, et la pièce s'en trouva illuminée. Aramis, qui n'avait rien perdu de la scène, poussa un cri pour avertir son compagnon.
- Athos, elle n'est pas seule ! Derrière toi !!!
Athos fit volte face, sa lame fouetta l'air, et le valet qui se précipitait sur lui n'eut que le temps de bondir en arrière pour ne pas être tailladé par le métal acéré. Les deux hommes se jaugèrent brièvement, et l'instant d'après leurs épées se croisèrent avec fracas. Georges n'était certes pas un grand combattant, mais sa carrure le rendait difficile à atteindre. Athos le maintenait en respect sans difficulté, mais ne trouvait pas la faille pour le neutraliser complètement.
De son côté, Aramis avait jailli de son lit, quelque peu empêtrée dans les couvertures, et fondit sur la Marquise, craignant par-dessus tout que celle-ci profite de la confusion pour s'enfuir en douce. Sa rivale l'empoigna par l'épaule pour se défendre et une lutte sauvage s'engagea entre les deux femmes. Dans un craquement sinistre, la manche d'Aramis resta entre les mains de son adversaire. Adelaide de Hautefort constata rapidement que la jeune comtesse avait l'avantage sur elle dans une lutte à main nue – de fait sa force était surprenante -, mais elle ne se rendrait pas si facilement. Sa main se glissa dans les plis de sa jupe.
Et ce fut Athos qui entrevit l'éclat de la lame dans la lueur de l'orage qui devenait toujours plus violent. Il était trop loin pour intervenir et ne put que crier de toutes ses forces :
- Aramis ! Le poignard !!!
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:12 pm

66 – Découvertes

Aramis compris tout de suite, se rejeta de côté, emprisonnant le bras armé de la Marquise sous le sien, et s'empara du poignet qui tenait le fin poignard en argent, puis ignorant les ruades de la démone derrière elle qui tentait de s'extraire de son emprise, elle concentra toute son énergie à tenir aussi éloigné que possible cette lame luisante d'une mixture qu'elle devinait empoisonnée.
Un brouhaha s'éleva du mur à leur droite, là où – les deux mousquetaires le savaient – débouchait un passage secret. Aramis sourit, les renforts arrivaient au pas de course.
A cet instant, la Marquise lui murmura à l'oreille, venimeuse :
- Pourquoi cet homme vous a-t-il appelé Aramis ? Aramis est un mousquetaire du Roi... Quelle est cette farce ? Je ne tomberai pas seule, s'il y a intrigue sur votre identité, vous tomberez avec moi. Et cet homme pareillement, ainsi que tous ceux qui vous sont proches !
La jeune femme se raidit à la menace proférée sur son couple, ses amis. Un brusque accès de rage et de haine lui monta à la gorge, et, tordant le poignet de son adversaire, elle lui arracha brutalement le poignard des mains, se tourna brusquement sur elle-même et le planta dans le cou de la sinistre empoisonneuse. La marquise s'effondra à l'instant où Porthos, D'artagnan et Denis surgissaient du panneau secret, suivi de près par le Capitaine de Tréville et le Roi, alertés par le tapage des combattants. La chambre brusquement illuminée dévoila cet étrange tableau d'Aramis, les cheveux défaits dans la lutte, couverte du sang de la Marquise gisant à ses pieds, tandis qu'Athos profitait de l'étonnement de son adversaire pour porter une botte qui neutralisa durablement le colosse.
Le Roi ouvrit des yeux ronds sur cette scène de bataille. Tandis que Porthos se chargeait de lier fermement le valet à qui l'on demanderait des comptes sur les agissements de sa maîtresse, son regard passait de la Marquise vaincue, à l'épée qu'Athos rengainait, et s'attarda finalement sur le bras de la Comtesse qui tenait encore le poignard, dénudé très haut sur l'épaule pendant son combat. Une très nette balafre blanchâtre barrait la peau d'albâtre juste en dessous de l'épaule. Mais avant qu'il ait pu s'interroger davantage sur cette terrible cicatrice, Athos avait saisi une cape et recouvert les épaules de la jeune femme avec une douceur qui lui sembla lourde de sens.
- Est-ce vous l'auteure de ceci ? demanda-t-il à la comtesse en désignant le cadavre gisant sur le sol. Il ne comprenait pas comment une femme avait pu agir de la sorte.
Aramis regarda l'arme ensanglantée dans sa main, la fit tomber au sol et acquiesça en regardant son Roi. Le Capitaine intervint :
- Nous étions sur la piste de cette femme depuis plusieurs jours Votre Majesté, suite à nos recherches concernant les décès mystérieux qui ont endeuillés la Cour depuis peu.
- Je l'ai surprise en train de verser divers produits dans l'eau et les onguents de la Comtesse de la Fère, interrompit Athos, Je ne doute pas que si vous faites analyser tout cela, y compris le poignard qui était le sien, par un apothicaire, il ne trouve quelque substance toxique.
Le Roi fronçait les sourcils en tentant de reconstituer le puzzle : une vile empoisonneuse, dont il était si proche, un mousquetaire embusqué, une comtesse qui se défendait comme un spadassin, une marque sur le bras... cette balafre.... Athos dans la chambre de la Comtesse...
- Comment se fait-il que vous ayez été présent dans cette chambre Athos ?
Le Capitaine répondit pour son homme.
- Nous avons cherché moyen de prendre cette scélérate sur le fait. Nous avions de sérieuses raisons de penser que cette femme s'en prendrait bientôt à la Reine Anne.
Le Roi tressaillit à ses mots.
- Sa Majesté la Reine ?
- Oui Votre Majesté, et c'est pourquoi nous avons monté un piège, et Madame la Comtesse a accepté de servir d'appât pour la faire sortir de l'ombre et la prendre sur le fait.
Le Roi eut un nouveau hoquet de surprise et se tourna vers Aramis.
- Mais qui êtes vous Madame pour avoir une telle témérité. Comment avez vous pu prendre de tels risques ? Et que dirait votre époux s'il avait vent d'une telle affaire ?
Athos interrompit le Roi, en posant sa main sur l'épaule de la jeune femme.
- Je suis son époux, Votre Majesté. Et pour répondre à vos questions, je l'ai laissé courir ce risque en sachant que je serais – que NOUS serions - présents à chaque instant pour prendre cette criminelle sur le fait. En outre mon épouse est d'un courage peu commun, elle n'a pas hésité un seul instant.
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:21 pm

67 - Interrogations

Le Roi resta stupéfait, fixant le Mousquetaire et sa femme avec embarras, songeant brusquement que son intérêt pour l'épouse de son meilleur mousquetaire avait été des plus déplacé, mais en même temps comment aurait-il pu savoir... Quant au fait que l'intérêt subit témoigné par la jeune femme n'était que le fruit du piège monté de toute pièce par Tréville et ses hommes, il préférait ne pas trop y penser, c'était par trop pénible pour son orgueil…
Après un long silence, il parvint à reprendre contenance, et entreprit de prendre les décisions qui s'imposaient, reléguant les nombreuses interrogations qui lui tournaient dans l'esprit à plus tard.
Ainsi Porthos, D'Artagnan et Denis furent chargés de transporter le prisonnier ainsi que la dépouille de la Marquise au Petit Châtelet, en attendant que l'on puisse interroger l'homme et obtenir des informations sur les substances utilisées par sa maîtresse.
Quant à Athos, désormais reconnu comme Comte de la Fère, il fut prié de reconduire Aramis à l'abri dans leur demeure, pour le restant de la nuit,
En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Tréville se retrouva seul avec le Roi, qui resta silencieux un moment en contemplant les reliefs du combat qui avait eu lieu, avant de prendre la parole,
- Que voilà une fameuse victoire, Tréville. Une fois de plus, vos hommes ont fait merveille. Vous m'étonnerez toujours par vos compétences de stratège.
Tréville s'inclina respectueusement.
- Merci votre Majesté. Quoique je doive avouer que cette fois, l'idée venait de D'Artagnan…
- Vraiment ? Le Roi eut un sourire satisfait. Une recrue de valeur ce petit décidément !
Le Capitaine eut un sourire. Il est vrai que l'entrée du jeune gascon dans la compagnie n'avait pas été sans difficultés, mais avec le recul, quel gâchis cela aurait été de se priver du jeune homme. Il devinait cependant que le souverain avait autre chose en tête. Celui-ci reprit en effet :
- Vous le saviez ?
- Quoi donc votre Majesté ?
- Que la Comtesse de la Fère était l'épouse du Mousquetaire Athos ? Un Comte parmi mes mousquetaires, voilà une chose qui me surprend au plus haut point.
- Certaines personnes éprouvent parfois un besoin vital de changer de vie, Majesté. Quant à la Comtesse, je dois vous confesser que j'étais bien au courant. Pour tout vous dire, nous escomptions que sa présence au Louvre nous donnerait accès à des informations sur de possibles complots se préparant entre courtisans, car en réalité Sire, qui se méfierait d'un auditoire aussi inoffensif que cette charmante jeune femme ?
- En somme cette jeune femme est une sorte d'espionne ?
- Une espionne entièrement dévouée à la cause de la couronne et de votre grandeur, Majesté, de cela je puis jurer sur mon honneur.
Le Capitaine de Tréville n'avait pu s’empêcher de répondre avec véhémence avant que le Roi puisse médire de la jeune femme. Le Roi sourit avec indulgence.
- Les faits ne peuvent que confirmer ce que vous me dites Tréville. Toutefois vous auriez pu me tenir informer du rôle de cette jeune personne.
- Nous avions pensé que moins il y aurait de personnes informées de son véritable rôle, plus il serait aisé de maintenir cette couverture Sire.
Le Roi hocha la tête, puis poursuivi, plus pour lui-même que pour son interlocuteur.
- Quelle femme étonnante… Quel courage, aller ainsi se mettre en péril face à une empoisonneuse… Et aller même jusqu'à se battre… une véritable guerrière Amazone !
- Peu de qualificatifs conviendraient mieux à cette jeune femme, Votre Majesté.
Les mots avaient fusé de la bouche du Capitaine avant qu'il ait pu les retenir. Il se reprit, craignant que cela n'en révèle que trop sur qui était effectivement la Comtesse de la Fère.
Mais Louis ne l'écoutait plus vraiment, il était perdu dans ses pensées… en fait il ne parvenait pas à ôter de son esprit la cicatrice que portait la jeune femme sur son bras gauche… Blessure qui lui évoquait un souvenir… Et puis il y avait autre chose… Cette masse de cheveux blond ébouriffés par le combat… Cette crinière dorée lui en évoquait une autre…
Toutefois la conclusion où l'amenaient toutes ces réflexions lui semblait invraisemblable. La simple idée que cela fut possible ébranlait le souverain dans ses plus intimes convictions. Il congédia donc poliment Tréville, ressentant le besoin de mûrir ses réflexions seul.
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:29 pm

68 - Face au Roi

Dès le lendemain, le Roi fit appeler de bonne heure ses mousquetaires Athos, Porthos, Aramis et D’Artagnan, ainsi que le Capitaine de Tréville. En traversant le palais, le groupe croisa la Comtesse de la Fère au détour d’un couloir, et Athos resta volontairement vers l’arrière sur un signe de sa femme, qui passa auprès de lui et lui demanda dans un souffle :
- Où allez-vous ainsi ?
- Nous avons été appelés par sa Majesté, je ne peux m’attarder…
- Je comprends… Essaie de passer me voir dans l’après midi, j’ai une chose très importante à te dire.
Sur ces mots, elle se sauva avec un sourire. À peine parvenue dans ses appartements, un page frappa à la porte et la pria de se rendre auprès du Roi, dans son cabinet de travail. Elle en fut un peu étonnée, mais suivit le messager docilement. Lorsqu’elle entra dans la pièce, ses amis se trouvaient déjà là, regroupés face à Louis XIII et la reine Anne. Elle nota également la présence discrète du Prince Philippe. Après une révérence, elle attendit calmement la suite des événements.
- Comtesse de la Fère, auriez-vous la bonté d’avancer jusqu’à moi… Vous aussi Aramis.
Les deux jeunes gens s’exécutèrent en échangeant un regard inquiet. Mis l’un à côté de l’autre, leur ressemblance serait forcément mise en évidence. Le regard légèrement surprit de la Reine leur en apporta la preuve, et Philippe lui-même s’était avancé d’un pas. Le Roi poursuivit :
- D’Artagnan, c’est bien vous qui avez soigné votre compagnon Aramis, blessé au bras gauche lors de la prise de Belle Île en Mer ? La blessure était-elle profonde ?
D’Artagnan hésita un instant, ne sachant que répondre, mais fut bien forcé de reconnaître :
- En effet Majesté, c’était une blessure assez profonde, due à un tir d'arbalète.
- Aramis, j'exige que vous me montriez la cicatrice de cette blessure.
Denis s’efforça de ne rien paraître, mais s’exécuta en devinant pertinemment où le souverain allait en arriver. Son bras ne montra en effet nulle trace d'une blessure quelconque. Désormais pratiquement sûr de son fait, Louis s’adressa alors à Athos :
- Monsieur le Comte, auriez-vous la bonté d’aider votre femme à nous montrer son bras gauche…
Il était bien impossible de désobéir à cet ordre, Athos s’approcha d’Aramis, dont le visage s'était empourpré, et entreprit de délacer le corset juste assez pour qu’elle puisse dénuder son bras. La balafre laissée par la flèche de Manson était restée parfaitement visible, ainsi qu'une très nette marque de balle à l'épaule. Le Roi se leva et s’approcha d’elle, observant avec attention ses cicatrices, puis d’une main sûre, il retira le peigne avec lequel elle avait élégamment relevé ses cheveux. Les longues boucles blondes dégringolèrent en cascade sur ses épaules. Le Roi se rassit tranquillement, et détailla Aramis et Denis avec une certaine sévérité dans le regard :
- Vous comprenez, j’en suis certain, mon étonnement à observer ces deux jeunes gens, dont la ressemblance est, vous en conviendrez tous, frappante.
Il se tourna vers la Reine à la recherche d’un appui. Troublée, Anne eut un hochement affirmatif, mais ne dit pas une parole. Aucun des mousquetaires n’osa le contredire. Un silence pesant se prolongea plusieurs minutes, brisé une nouvelle fois par le monarque :
- Et mon étonnement n’est pas moindre, lorsque je découvre que cette jeune femme porte les cicatrices que devrait porter Aramis. Une flèche de Belle Ile au bras, une balle de mousquet à l'épaule sur la route de Calais... Si la bienséance nous permettait de le vérifier, je gagerai qu’elle porte une cicatrice de blessure par balle au flanc… Souvenir de Savoie… Qu’en dites-vous Athos ?
L’embarras du groupe avait atteint un tel seuil qu’il était presque palpable. Athos prit une inspiration : de toute évidence, le Roi avait deviné la vérité, il était donc parfaitement inutile de chercher à lui mentir, cela ne pourrait qu’aggraver la situation.
- Votre Majesté a parfaitement raison, ma femme porte une large cicatrice sous les côtes, cicatrice due en effet à une balle de mousquet… Mais nous pourrions fort bien passer une bonne partie de la journée à évoquer de toutes les cicatrices dont elle est marquée…
Louis XIII releva les sourcils, à la fois satisfait d’obtenir ce début d’aveux, et étonné de la relative sérénité affichée par Athos face à cette situation délicate et incongrue. Il promena un regard sur le groupe, aucun ne semblait vraiment surpris de ce qui venait de se produire, comme s’il était naturel qu’une femme puisse être marquée dans sa chair à l’image d’un soldat, et il en conclut donc que tous étaient dans la confidence, y compris le Capitaine.
- Fort bien, je vous écoute… Éclairez-moi sur le secret que cache votre groupe…
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:31 pm

69 – Le récit d'Aramis

Aramis fit un pas en avant, leva ses yeux limpides vers le Roi et commença :
- Votre Majesté, avant toute chose, il me faut vous raconter ce qui s'est passé dans ma jeunesse. Elevée comme presque toute jeune fille de petite noblesse, à cela prêt que mes goûts me portaient davantage vers l'équitation et la chasse que vers la danse et l'étiquette. J'ai rencontré celui qui aurait dû devenir mon époux à l'âge de 16 ans… Il s'appelait François…
Marquant une pause, elle tourna les yeux en direction du Prince Philippe qui avait pâli et repris :
- Ce gentilhomme était le précepteur et le gardien du Prince Philippe. Mais je l'ignorais à l'époque.
Elle poursuivit en dépit de l'exclamation étouffée du jeune homme.
- Lorsque le Prince fut enlevé par le Masque de Fer et ses acolytes, François tenta de faire front, mais fut assassiné. Je devais le retrouver le jour même, et je ne suis arrivée que pour recueillir son dernier souffle. Il est mort dans mes bras.
Elle se tut un instant, à la fois émue au souvenir du défunt et de ces moments pénibles, et consciente que le plus difficile restait à venir :
- Quelque temps plus tard, ma famille a voulu me marier contre mon gré. Je ne pouvais envisager cela après avoir connu François, alors je me suis enfuie, après avoir juré sur sa tombe que je le vengerais de mes propres mains, et à n'importe quel prix.
Elle allait poursuivre lorsque le Capitaine de Tréville s'avança et lui posa la main sur le bras, poursuivant pour elle.
- François était un ami à moi. Je le connaissais bien. Et comme il avait parlé de moi à Renée, je me suis retrouvée un beau matin avec cette demoiselle, vêtue en homme, dans mon bureau, qui m'a supplié de l'aider à venger son fiancé. Et pour cela, elle ne demandait rien de moins que devenir Mousquetaire au service du Roi. J'ai d'abord refusé…
L'homme esquissa un sourire au souvenir de cette journée...
- Mais cette jeune personne avait de la suite dans les idées… J'ai donc fini par céder, en lui faisant bien comprendre que je ne lui laisserais jamais passer la moindre erreur, tout en sachant que cela me permettait de la garder à l’œil afin qu'elle ne fasse pas quelque folie, déterminée comme elle l'était, elle était capable de tout.
Le Roi ne parvenait pas à cacher sa stupéfaction :
- Vous Tréville, sensé comme vous l'êtes, vous embarquer dans une telle histoire ???
- Avec tout le respect que je vous dois, votre Majesté, je n'ai pas connaissance d'une seule occasion où Aramis ait failli à sa tâche de Mousquetaire ! Athos était à son tour intervenu, montant au créneau en soutien à son capitaine.
- Évidemment non Athos, mais là n'est point la question… Une femme ne peut…
- Là est toute la question au contraire, reprit Athos. Une femme peut faire preuve de courage et de valeur au même titre qu'un homme. Elle a versé son sang pour la couronne, pour votre sécurité, comme chacun d'entre nous ici. Personne ne peut lui discuter cela. Son mérite est d'autant plus grand qu'elle a réussi seule, sans aide, à dépasser les limites de son corps et à être aussi bon soldat qu'un homme… peut-être même meilleur.
Le roi resta silencieux, réfléchissant en regardant ses hommes… Tous s'étaient avancé aux côtés de leur Capitaine, faisant preuve d'une solidarité indéfectible face aux difficultés. Un pour tous et tous pour un. La devise des Mousquetaires n'avait jamais été et ne serait jamais de vains mots. Ces diables de soldats étaient bien capables de tous abandonner leur poste si jamais il s'avisait de trop blâmer le Capitaine. Après tout ils l'avaient déjà amplement démontré lorsque Philippe poussé par Manson et Milady avait congédié Tréville.
Aramis repris avec douceur :
- Pour ce qui est des années qui ont suivi mon entrée chez les Mousquetaires, il n'y a pas grand-chose à dire, j'ai fait mon apprentissage comme les autres. Puis j'ai reçu mon mousquet et j'ai accompli mon devoir avec mes compagnons. Je n'ai jamais perdu de vue mon désir de vengeance, mais jamais il n'est passé avant mon devoir envers la compagnie… sauf quand Manson est apparu. J'ai vite découvert que cet homme portait au cou le pendentif que j'avais offert à François bien des années auparavant.
Son ton s'était durci. Une exclamation horrifiée l'interrompit.
- Manson était l'homme qui avait assassiné François !?
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:39 pm

70 - Aramis et Denis

Tous tournèrent leur regard vers le Prince Philippe. Celui-ci s'était avancé et avait plaqué la main sur sa bouche alors qu'il venait de réaliser ce détail de l'odieuse machination dont il avait était victime. Aramis le regarda… lui aussi avait bien connu François.
- Oui Votre Altesse. Manson avait arraché ce médaillon du cou de François agonisant, juste après l'avoir occis. Ce sursaut de cupidité signait son crime, je n'aurais pu le confondre sans ce bijou.
- Et c'est bien vous il me semble, en tant que Mousquetaire, qui avait envoyé ce monstre ad patres lors de l'attaque de Belle Ile ?
-J'ai eu cet honneur Votre Altesse, bien que j'ai moi même failli être emportée dans la tombe par ce scélérat. Je dois d'ailleurs la vie à ce pendentif qui a dévié la course de son épée.
Le Prince Philippe se rapprocha tout à fait de la jeune femme et pris sa main.
- Madame, pour cela je suis votre éternel obligé.
Aramis eu un sursaut de surprise à ces mots. Le Prince poursuivi, autant pour elle que pour son frère.
- J'aimais François. C'était un homme bon, et juste, et un excellent précepteur de surcroît. Auprès de lui, je n'avais pas le sentiment de vivre en captivité, bien que ce soit le cas. - Il ferma les yeux en frémissant, perdu dans ses souvenirs – J'ai aperçu son corps ensanglanté alors qu'on m'emmenait, je n'ai jamais oublié cette vision. Aussi je vous remercie Madame, d'avoir vengé cet homme de bien.
Le Roi hocha la tête :
- Je vous entends mon frère.
Après une pause il ajouta :
- Tout ceci ne nous explique pas comment cette Aramis est devenue Comtesse de la Fère et ce jeune homme Aramis…
Aramis avait rougi, et Athos pris alors la parole pour expliquer à leur souverain la façon dont lui et Porthos avait découvert la vraie nature de la jeune femme sur le chemin de Chambéry. Il préféra passer rapidement sur sa réaction excessive, pour évoquer le rapprochement entre la jeune femme et lui-même. A ce souvenir, ses joues s'empourprèrent, sans toutefois pouvoir concurrencer le teint de son épouse qui poursuivi en racontant comment, ayant découvert sa grossesse sur la route de l'Angleterre, ils avaient dû trouver une solution pour la remplacer, solution apporté par Porthos et son ami Denis, dont la ressemblance avec la jeune femme était à couper le souffle.
Le silence se fit dans la pièce… Le Roi semblait considérer tout ce qu'il venait d'entendre, et qui allait bien au-delà de ce qu'il avait pu imaginer. Chaque pièce du puzzle se mettait à sa place. Si l'entrée d'une femme dans la compagnie des Mousquetaires tenait en soi de l'hérésie, les circonstances de cet épisode et le courage de cette jeune femme le touchait plus qu'il ne voulait le montrait, sans parler de l'émotion manifeste et spontanée de son frère.
- Fort bien. Madame la Comtesse, je vous sais gré de vos années de bons et loyaux services. Quoique j'ignore comment une femme aussi délicate que vous soit parvenue à devenir un tel soldat, je ne peux que reconnaître votre exceptionnel mérite. Vous n'avez jamais failli à votre devoir et je ne l'oublierai jamais. Toutefois, vous comprendrez que je préfère que vous ne repreniez pas votre place au sein de la Compagnie, place qui est désormais tenue avec bravoure par Denis. Si ce jeune homme le souhaite, qu'il conserve son poste auprès de vos compagnons sous le nom d'Aramis.
Denis s'inclina respectueusement :
- Il n'y aura pas de plus grand honneur pour moi que de continuer à vous servir, Votre Majesté,
Aramis eut un sourire, et s'inclina plus bas encore :
- Je vous remercie de votre clémence votre Majesté. Je vous assure que bien que vous servir ait été le plus grand des privilèges pendant ces 7 années, je n'aspire plus à reprendre la casaque. Si je puis être utile à la couronne, vous me trouverez toujours prête à vous servir, mais plus en tant que soldat. J'ai une famille désormais, je ne puis la délaisser trop longuement, d'autant plus que…
Elle marqua une hésitation et se tourna vers Athos et ajouta en lui souriant :
- D'autant plus que cette famille va s’agrandir très prochainement.
Quelques exclamations fusèrent à cette annonce, Athos eut une expression indéfinissable et, réalisant ce qu'elle lui annonçait ainsi, se précipita pour étreindre sa femme. Il la serra dans ses bras, tremblant autant de bonheur que de frayeur en réalisant brusquement les risques qu'elle avait pris alors qu'elle portait un nouvel enfant de lui.
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Thu Jul 13, 2017 9:45 pm

71 - Au service de sa majesté Anne d’Autriche

Quelques jours s'écoulèrent après l'entrevue avec le Roi qui avait vu l’aveu de tous les secrets du groupe. Les 4 mousquetaires et Aramis, ainsi que le Capitaine, se sentaient tous plus sereins à présent que cette histoire avait été entérinée dans le plus grand secret par Sa Majesté.
La vie avait repris son cours lorsque le Roi les pria de se réunir à nouveau. Il les reçut de nouveau dans son cabinet de travail, le Capitaine et le Prince Philippe à ses côtés.
Les 5 jeunes gens se demandaient ce qui pouvait bien se passer lorsque le Capitaine prit la parole :
- Messieurs, nous avons eu des discussions avec Sa Majesté et avons pris quelques décisions. Aramis et Denis, pourriez vous vous approchez je vous prie ?
Les deux jeunes gens firent quelques pas en avant, et le Capitaine repris :
- Denis, ayez la gentillesse de restituer son mousquet à Aramis.
Le jeune homme pâlit, mais après un instant d'hésitation, il tira son arme et la tendit à la jeune femme qui ne comprenait pas jusqu'à ce que Tréville poursuive :
- Cette arme demeure vôtre Aramis, votre retraite de la Compagnie ne signifie pas que vous n'êtes plus un Mousquetaire, vous priver de votre Mousquet reviendrait à vous congédier alors que vous n'avez en rien démérité.
Puis se tournant vers Denis :
- Pour vous Denis, il n'est que justice que vous possédiez votre propre mousquet, la bravoure que vous avez démontrée prouve que vous en êtes des plus dignes. Nous ne pouvons refaire une remise officielle, Aramis étant déjà Mousquetaire, aussi…
Et tandis que le Capitaine achevait son discours, le Roi se leva, alla prendre un Mousquet neuf sur une étagère en retrait, et s'approchant de Denis qui semblait comme statufié :
- A genoux Mousquetaire Aramis.
Le jeune homme s'exécuta, et sous le regard bienveillant de ses amis, reçu des mains du Roi son propre mousquet, entrant de ce fait totalement et officiellement dans la Compagnie. Il effectua un salut impeccable et rejoint le rang de ses camarades qui lancèrent un joyeux « Un pour tous et tous pour un » pour le saluer.
Le Roi, ayant repris sa place, laissa l'enthousiasme ambiant retomber légèrement avant de poursuivre :
- Madame, connaissant votre courage et votre habileté au maniement des armes, j'ai formé un projet qu'il m'agréerait fort que vous acceptiez. Je souhaite que vous deveniez Première Dame d'Honneur de Sa Majesté la Reine Anne. D'une part celle-ci vous apprécie énormément, et d'autre part vous pourriez veiller sa sécurité rapprochée avec l’efficacité que je vous connais. Je serais fort rassuré de savoir une fine lame comme vous à ses côtés. Bien entendu, les Mousquetaires ne sont jamais bien loin, mais nul n'est jamais à l'abri d'un téméraire voulant faire un coup d'éclat, et votre proximité pourrait sauver Sa Majesté le cas échéant. Le Capitaine pourra être votre interlocuteur pour tout problème auquel vous seriez confrontée.
La jeune femme plongea dans une révérence en souriant :
- Votre confiance m'honore Votre Majesté. Ainsi que je vous l'ai dit, vous me trouverez toujours prête à servir la Couronne. Toutefois je vous avoue que toute fine lame que je puisse être, il reste difficile d'avoir une épée sur soi dans une tenue de Cour. Je peux tout au plus dissimuler 2 dagues dans les plis des robes, ce qui reste sommaire pour protéger Sa Majesté.
Le roi eut un mouvement de la main.
- Ce sera bien le diable si Maître Bonacieux ne parvient pas à trouver une solution à ce problème. Et s'il le faut, votre rôle sera rendu officiel, quoique cela risque de vous exposer à certaines médisances.
- Que Votre Majesté se rassure, s'il est bien des choses qui m'indiffèrent, ce sont les ragots des flagorneurs arpentant le Louvre. Rien ne saurait m’empêcher de faire mon devoir.
Le Roi approuva d'un sourire.
- Alors l'affaire est entendue Madame. Je vous en prie, la Reine vous attend dans ses appartements.
Les Mousquetaires se retirèrent en saluant respectueusement le monarque.
Aramis rayonnait. Il lui semblait que le Roi venait de lui offrir un rôle sur mesure : garde du corps attitrée de la Reine. C'était presque comme l'intégrer aux Mousquetaires en tant que femme, ainsi elle aurait une vie presque aussi trépidante qu'avant mais sans renier toute une partie d'elle-même. Elle se tourna vers ses camarades qui souriaient eux aussi… Aucun doute pour leur avenir, ils avaient tous ensemble encore de nombreuses aventures à vivre !



FIN
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

Re: Made in Calinou !!!

Postby SilverJulie » Tue Jul 18, 2017 6:55 am

Chouette! De nouveaux chapitres!
j'ai tout lu (depuis le tout début). Il est toujours aussi agréable de te lire :)
Image
Toute puissance est faible à moins que d'être unie.
Jean de LaFontaine
SilverJulie
 
Posts: 30
Joined: Fri Apr 11, 2008 4:11 pm
Location: Contrecoeur / Québec / Canada

Re: Made in Calinou !!!

Postby laety » Wed Aug 02, 2017 6:16 am

Hello Calinou,

C'est chouette de te "revoir" sur le forum!!!
Merci pour ces derniers et beaux chapitres qui mettent fin à ta fic... peut être va tu remettre le couvert? :D
Du coup tu m'a donné l'envie de relire les fics des Mousquetaires ( et oui, je ne suis pas venue depuis un sacré moment, car pas de mouvements depuis longtemps sur le forum, dommage vu l'activité qu'il y avait avant!!! Au passage, sont tes fics et celles de Sarasa qui m'ont initiées il y a trèèès longtemps à mon grand plaisir)
En tout cas, j'espère que tu aura donné l'envie à d'autre que moi de revenir faire un tour de temps en temps et de poster!

Bises
User avatar
laety
 
Posts: 647
Joined: Sat Mar 29, 2008 2:58 pm
Location: Bordeaux

Re: Made in Calinou !!!

Postby Sarasa » Wed Aug 09, 2017 9:17 pm

Coucou
C'est à nouveau Cali-Nou via le compte de Sarasa.
Merci de vos gentils commentaires !!!
J'avais vraiment envie de finir cette histoire.
J'ai une petite idée qui germe petit a petit, je vais voir si j'arrive à la mettre en place. Mais il me faudra un peu de temps et surtout revoir la série pour voir si je peux le faire et comment.
Merci encore de m'avoir suivie, même si longtemps après !!!
Biz !
Cali-Nou !!! (Toujours en rade de son compte )
User avatar
Sarasa
 
Posts: 413
Joined: Wed May 18, 2005 10:09 am
Location: Ile de France

PreviousNext

Return to Fanfics

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest

cron